correction sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

correction sujet

Message  julia le Jeu 13 Déc - 19:05

L’expérience de la nécessité ?

1) Sur quoi la question interroge –t-elle ?
L’ambiguïté du sujet tient au statut du génitif : objectif ou subjectif ?
->l’exp qui a pour objet la nécessité
->la nécessité qui se manifeste dans l’exp

Ces deux sens distinguent deux axes de réflexion, qui correspondent soit à la méthode analytique ->l’exp est-elle nécessaire ? (A est B ,B inclut dans A)
Soit à la méthode synthétique ->l’exp montre-t-elle la nécessité ?
Je ne vois pas bien en quoi la distinction en tre analytique et synthétique est pertinente. La question est en effet de savoir si la nécessité peut être objet d’expérience : la nécessité est-elle objet ?
De plus, le point d’interrogation fait problème :
Que signifie-t-il ?
-il met en doute la proposition
exp de la nécessité présupposée impossible =oxymore
car l’exp porte sur les phénomènes qui sont contigents
(Hume) Si l’exp est la seule source de connaissance,alors il n’y a pas de connaissance universelle et nécessaire (scepticisme) Oui

-il pose le problème du sens de la nécessité dans ce cas
->la necessité comme ce qui ne peut pas être autrement ou ce qui ne peut pas ne pas être ? Mais aussi la nécessité conditionnelle ou hypothétique : ce qui est nécessaire pour (plus ou moins utile à ) càd ce sans quoi on ne peut faire : ex. pour construire un mur, il est nécessaire de mettre les pierres les plus lourdes dans les fondations ; la question est de savoir aussi si la nature agit ainsi, en vue d’une fin (cf. Aristote)
->La nécessité comme loi de la causalité (causalité de la cause : ce qui fait que la cause étant donnée, l’effet ne peut pas ne pas advenir, les conditions étant égales) c-à-d de la nature.

2) En quoi la question pose problème ?
Le présupposé semble logique, pourtant, c’est un fait, l’exp permet d’établir des lois de la nature universelles et nécessaires.
Comment cela se fait-il ?
Il faut, pour répondre à cette Q, établir la notion d’exp :

->Empeiria , réitération de la perception + mémorisation ->induction = connaissance
Dans ce cas, l’exp mène à une connaissance mais grâce à l’induction, cette connaissance est fausse, seule une connaissance synthétique est vraie. Pas clair : les jugements empiriques sont synthétiques ; ils peuvent être vrais, s’ils énoncent ce qui est, mais ne sont pas universels et nécessaires.

Pourtant le jugement synthetique est empirique et ne peut donc pas établir des connaissances universelles et necessaire (a priori)->pb

 exp scientifique de facto mène à une loi de la nature c-à-d universelle et necessaire.





Cmt le jugement d’exp, bien que synthétique, peut-il mener à une connaissance nécessaire ?
Vous sautez une étape : il faudrait montrer qu’il n’y a pas d’expérience de la nécessité, parce que la nécessité ne pas se constater dans l »’expérience ; on peut sans doute faire l’expérience de l’inexorable (la mort de qqun par exemple) ou de l’impossible (ex. ne pas manger), ou de la relation de dépendance habituelle (le lever du soleil le matin à l’est), d’où l’on induit la nécessité ou la fatalité (forme imaginaire de la nécessité). Tout ceci qui est dans Aristote, montre que la nécessité relève du jugement. D’où l’articulation possible : quel est le jugement (càd quelle est sa forme) qui permet de soutenir qu’une chose ou une relation est nécessaire ?
Pour que le jgmt d’exp puisse rendre raison de la nécessité,

Il faut admettre :non il faut l’établir par une déduction transcendantale l’existence d’un jugement synthétique a priori prenant part au jugement d’exp.
Cmt dans le jgmt d’exp,s’articulent nécessité et jgmt empirique ?

Proposition de plan :

I/L’exp, prisonnière de la contingence

Empeiria->induction fallacieuse
Scepticisme Humien : il serait plus judicieux de convoquer Aristote ; Hume a le mérite de montrer que la nécessité ne peut pas faire objet d’expérience, qu’elle est une modalité du jugement, et que l’on ne peut donc pas la déduire comme un attribut de l’être. Même remarque pour la cause : elle n’est qu’une relation, n’est pas dans la chose. La causalité n’est pas filiation. Hume vient après Galilée et Newton, et réfléchit sur eux.

II/Pourtant,les faits nous apprennent que l’exp peut établir les lois de la nature universelles et nécessaires
L’articulation peut prendre la forme suivante : menons l’enquête du côté de ceux qui prétendent que l’expérience permet de poser des relations nécessaires, d’énoncer des lois universelles et nécessaires. Enquêtons sur leur manière de procéder afin de comprendre philosophiquement si leur ambition est fondée, et comment.

L’exp de galilée, stevin
Une mathématisation de l’exp

III/Cmt cela est il possible ?
(kant)

le jugement synthetique à priori, seul moyen d’admettre une connaissance ds le jgmt d’exp

Les têtes de chapitre sont pertinentes, mais tout dépende de la manière avec laquelle ils seront réalisés.
avatar
julia

Messages : 33
Date d'inscription : 30/11/2007
Age : 29
Localisation : montfermeil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Merki Julia !

Message  Tsing-Tsing le Ven 14 Déc - 18:47

Merci-eu ça c gentil !
Vous avez été notées finalement or not ?
avatar
Tsing-Tsing

Messages : 23
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 30
Localisation : Rosny sous bois, ms sans les arbres

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum