19ème siècle: régimes politiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19ème siècle: régimes politiques

Message  marion le Jeu 13 Déc - 17:51

ce sont mes fiches des cours d'histoire de l'année dernière, ca peut servir étant donné qu'il s'agit du fond politique du 19ème...
en espérant que me relire ne sera pas une épreuve topr ardue! cyclops




Le XIXème siècle:


Les monarchies censitaires



Tout au long du XIXème, recherche de la stabilité politique qui sera trouvée à la fin du siècle: la France est divisée par plusieurs tendances: monarchistes ultras, libéraux républicains, bonapartistes. Démocratisation et libéralisation sont les tendances lourdes du siècle.
De 1815 à 1848, les gouvernements sont fondés sur le même cadre: la monarchie

I. LA RESTAURATION (1815 à 1830)
Charte ambiguë entre réactionnaire et ouvertures.
A l’assemblée: Les ultras sont majoritaires, nostalgie de l’AT/ Les constitutionnels refusent la révolution mais intègrent ses résultats/ les indépendants (libéraux + radicaux)
-La terreur blanche suit les Cent Jours (inquiétude des nobles)= réaction et la fraction ultra l’emporte. Violences spontanées contre les républicains. (massacre des Cévennes) = Chambre introuvable
-Dissolution de la chambre: réconciliation entre Nation et monarchie (mesures libérales)
-évolution brusquement arrêté avec l’assassinat du Duc de Berry 1920
Le roi cède aux ultras: lois conservatrices voire réactionnaires
-révolution de 1830 élections à majorité libérale pourtant le Roi nomme Polignac(ultra) à la tête du gouvernement, dissolution de la chambre, nouvelle élection des libéraux, Charles X redissout: blocage des imprimeries barricades: les trois glorieuses 27 28 29 juillet 1830 Charles X en faveur du Duc de Bordeaux frustration de la victoire car pas d’établissement de la république.
-Louis Philippe (dit Philippe égalité): monarchiste qui a voté pour la mort de louis XVI: homme des 2 frances.

II. LA MONARCHIE DE JUILLET (1830-1848)
-une monarchie bourgeoise: le roi n’a pas honte de s’enrichir, la charte est révisée (équivaut au droit de vote à la bourgeoisie), désir d’un juste milieu: pas de pouvoir à un seul ni au peuple entier (problème du vote lorsque manque d’instruction).
-dérive autoritaire: oppositions républicaines, révoltes ouvrières (canus lyonnais 1831), division orléaniste et légitimistes, bonapartistes => suppression de la liberté de presse , 2tentatives de coup d’Etat de louis napoléon Bonaparte
-stabilisation: contrôle des élections (clientélisme électoral: système Guizot), suppression de la liberté de presse
Gouvernement Bourgeois donc sans panache (privilégient les intérêts bourgeois: pas de guerre ni grandeur) jugé sévèrement par le peuple
-crise du régime: usure du pouvoir, scandales politique-financiers, réhabilitation de la république et de la révolution par Michelet et Lamartine, question sociale (rapport Villermé), théories socialistes utopiques, crise économique en 46-48
-chute: interdiction de se réunir donc organisation de banquets, manifestations, le roi renvoie Guizot, la foule envahit la chambre des députés: louis Philippe abdique PROCLAMATION DE LA IIème RéPUBLIQUE.


LA Deuxième République (fév. 1848 à déc. 1852)



Républicains divisés : république sociale et démocratique (courant socialiste)/ république sans roi plus de liberté mais sans social (courant modéré).

I. LA RéPUBLIQUE DéMOCRATIQUE (fév. À juin 1848)
- Formation du gouvernement provisoire: manque de légitimité et de moyens financiers: SU masculin (voter est un droit et non une fonction)= Démocratie, choix du drapeau, figure de Marianne, libertés de presse, réunions, suppression de la peine de mort en matière politique, Victor Schoelcher fait voter l’abolition de l’esclavage, on ajoute fraternité.
Droit au travail, ateliers nationaux, envisage une législation du travail.
-impopularité des ateliers nationaux, risque de guerre avec l’Europe monarchique.
Victoire des modérés aux élections : la république de sera pas sociale
Manifestations pour la liberté de la Pologne risque d’envahir le palais bourbon, armée
Mesures contre les ateliers nationaux : révolution sociale , république de l’ordre

II . LA RéPUBLIQUE CONSERVATRICE (juin 1848 à déc. 1851)
-La constitution: pas de référence au droit du travail, régime présidentiel sans confrontation à l’assemblée.
-Élection de Louis Napoléon Bonaparte à 74%: mythe dans les campagnes+ renommée de son oncle, soucis de l’ordre et de la justice sociale+ soutien du parti de l’ordre (Thiers: c’est un crétin que l’on mènera)
-Majorité monarchiste à l’assemblée
Début de la bipolarisation entre une droite monarchiste et une gauche républicaine
Au sud, plus républicain car plus petite propriété; influence de l’Église plus forte au nord et à l’ouest
-expédition en Italie pour rétablir le Pape dans ses états (pas d’aides aux républiques étrangères), diminution des libertés (loi Falloux) <anticléricalisme de la gauche, restriction du droit de vote
- vers le coup d’État: demande un changement de constitution, soutien de l’armée 2déc 1851: coup d’État plébiscite pour un mandat de 10ans, oui majoritaire, nouvelle constitution= fin de la II république

Cl: permet l’enracinement de l’idée républicaine en france



Le Second Empire (1852- 1870)


Mauvaise réputation constituée par les républicains
Double handicap: naissance d’un coup d’état+ mène à la guerre contre la Prusse (perte de l’alsace lorraine)
Novateur économiquement

I . L’EMPIRE AUTORITAIRE (1852 à 1860)
- né en 1808, héritier de napoléon Ier, voyage en Europe, manie des secrets, tait son avis (Zola: il a de la constance dans l’hésitation)
L’extinction du paupérisme (1844) populo césarisme: consulte souvent le peuple
Libéralisme commercial (1860: traité de libre échange avec l’Angleterre), désir de reporter la France au rang de grande nation
- empereur, corps législatif, sénat, conseil d’état
- despotisme impérial: suppression de la liberté de presse (système d’avertissement donc autocensure), surveillance de la vie intellectuelle (mme Bovary et les fleurs du mal poursuivis), suppression des disciplines de l’histoire et philosophie car trop subversives.
Popularité auprès des masses, prospérité éco, panache militaire, soutien de l’église.
Vie politique médiocre: entourage impérial monopolise le pouvoir.

II. LA MODERNISATION DU PAYS
-croissance éco, chemins de fer, textile, concentration des entreprises, révolution ferroviaire, banque de dépôt.
-transformations de Paris: grands boulevards, égouts, ville lumière (X Londres: smog), Haussmann préfet de police, stratification sociale par étages devient horizontale (spéculation foncière).
- progrès de production, faim de terres (structure agraire émiettée), le K va dans la terre et non dans la modernisation, fossé entre ville et campagne.
Paradoxe: légende napoléonienne des campagnes/ efforts portés sur les villes

III. L’EMPIRE LIBéRAL (1860-1871)
-crise éco, opposition catho, échecs en politique extérieur (contraste avec les 50’s) : Méxique, Sadowa en 1866.
- amnistie de 1859, accroissement du rôle du corps législatif,
Mouvements sociaux combatifs, Napoléon calculs rénaux, perd son indépendance d’esprit
Juillet 1870: guerre à la prusse, défaite à SEDAN, empereur prisonnier

marion

Messages: 2
Date d'inscription: 06/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19ème siècle: régimes politiques

Message  o2 le Dim 16 Déc - 11:50

c'est vrai que te relire n'est pas chose aisée, mais bon, on fait avec...en plus tu dois être contente, ça nous a bien servi pour le concours blanc...merci bcp qd mm

o2

Messages: 44
Date d'inscription: 16/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum